Richard Cœur de Lion

 

Richard Cœur de Lion, un roi chevalier en Aquitaine

 

Il est l’un des rois anglais les plus connus de l’histoire. Richard Cœur de Lion a fait de son courage sur les champs de bataille sa réputation. Mais son cœur n’était pas que de lion. Richard est ouvertement français. Celui qui a vécu trois mois seulement en Angleterre au cours de quarante-et-une années de vie a su maintenir l’unité de l’empire Plantagenêt face à un roi de France avide de conquêtes. L’heure est venue de vous conter l’histoire d’un roi d’Angleterre amoureux de l’Aquitaine.

 

Richard Cœur de Lion est né en 1153 au palais de Beaumont en Angleterre. Troisième fils de Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine, il est loin d’être l’héritier au trône. Et pourtant, c’est bien lui qui montera sur le trône de Saint Edward en 1189. Mais avant cela, le fils préféré de la duchesse Aliénor a vécu bien des rebondissements.

Aliénor lui offre une éducation occitane extrêmement développée. Grâce à elle, Richard développe un amour inconditionnel pour ses terres françaises et de l’art de vivre du Sud-Ouest. Fin lettré, ce prince poète est aussi un grand amateur des troubadours. Aliénor le fait comte de Poitiers et duc d’Aquitaine en 1169. A ce titre, il est couronné pendant une cérémonie pompeuse en la majestueuse église Saint-Hilaire de Poitiers. Henri II lui offre quant à lui le duché de Normandie. Souverain vassal de Henri II, Richard a du mal à supporter le pouvoir de son père. Avec sa mère et ses frères Henri le Jeune et Geoffroy de Bretagne, Richard se soulève contre Henri II pour le renverser. Mais la révolte est rapidement matée et Henri le Jeune, l’héritier de la Couronne, perd la vie. Aliénor d’Aquitaine est la grande victime de la colère du roi qui la fait enfermer pendant une dizaine d’années. Richard quant à lui se réconcilie avec Henri II mais pour une courte durée.

Richard est fiancé à Adèle de France, fille du roi Louis VII, l’ex-époux d’Aliénor. La beauté d’Adèle est sans pareil et ne laisse pas insensible Henri II. Elle devient rapidement sa maîtresse et donne même naissance à un enfant que l’on soupçonne être le fuit de cette relation. Richard est outré par cette infidélité et finit par annuler le mariage avec Adèle. Révolté, il lève une nouvelle fois les armes contre son père en restant soutenu par sa mère. Pendant le conflit, Henri II rend son dernier souffle à Chinon en 1189. Richard devient le nouveau souverain de l’immense empire Plantagenêt.

Richard Cœur de Lion se soucie peu cependant de son royaume anglais. Seules ses terres françaises ont grâce à ses yeux. Mais sa foi catholique est encore plus grande pour lui. Quelques mois après son accession, il annonce son désir de partir en croisade reprendre Jérusalem aux mains de Saladin. Cette idée est aussi venue à l’esprit du roi de France Philippe Auguste. Ces deux proches amis partent donc ensembles vers l’Orient.

Ils arrivent en Sicile et libèrent Jeanne, la sœur de Richard, privée de son héritage par Tancrède de Lecce. Lorsque les flottes anglaise et française reprennent la mer, elles se séparent pour devenir définitivement ennemies. Quand Philippe rentre en France, Richard part à la conquête de Chypre avant de se tourner vers Jérusalem. C’est sur l’île de Chypre qu’il épouse finalement Bérengère de Navarre en 1191. A cette date, Richard désigne son neveu Arthur de Bretagne plutôt que son frère cadet Jean pour lui succéder. Arthur apprend rapidement la nouvelle et profite de son absence pour se révolter. Mais Aliénor d’Aquitaine veille sur la couronne de son fils préféré et met fin à la révolte de Jean.

Sans avoir réussi à reprendre Jérusalem aux mains de Saladin, Richard rentre en Angleterre en octobre 1192. Sur le chemin, il est capturé par l’empereur Henri VI du Saint-Empire. Aliénor met tout l’empire à contribution et apporte elle-même la rançon. Il est alors libéré en février 1194.

Après avoir reconquis les forteresses anglaises occupées par son frère Jean, Richard se tourne définitivement vers la défense de ses terres françaises chéries. Il vit entre la Normandie et l’Aquitaine. Si la Normandie est marquée par des constructions de défense telles que Château-Gaillard, l’Aquitaine ne compte pas de nouvelles demeures royales sous son règne. Richard se cantonne des châteaux déjà préexistants pour continuer la défense de ses terres face à Philippe Auguste, avide de conquêtes. Parmi eux, Richard affectionne surtout le château de Montreuil Bonnin où il aime chasser dans ses forêts giboyeuses.

Dans sa quête pour la défense de son empire, Richard assiège le château de Châlus-Chabrol situé à une trentaine de kilomètres de Limoges le 23 mars 1199. En plein assaut contre les forteresses du château, il est touché grièvement par un carreau d’arbalète. La gangrène s’installe rapidement et Richard rend son dernier souffle le 6 avril. Aliénor décide de faire inhumer son fils auprès de Henri II, là où elle avait décidé de constituer la nécropole des Plantagenêt, l’Abbaye de Fontevraud. Jean Sans Terre succède à Richard Cœur de Lion malgré l’opposition de certains nobles qui lui préféraient Arthur de Bretagne.

 

Richard Cœur de Lion aura été un grand roi chevalier. Lettré et courageux, il incarne la parfaite image du monarque médiéval. Son souvenir plane encore sur le patrimoine français par ses guerres. Son gisant coloré l’illustre tel un souverain puissant à l’exercice du pouvoir magnanime représenté par ses mains gantées. Ainsi demeure Richard, le duc d’Aquitaine au cœur de lion.

 

Texte écrit par Kevin Guillot - Monarchie Britannique. Découvrez les autres chroniques de Monarchie Britannique.

En bref :

Né en 1157, Richard est le troisième fils d'Aliénor d'Aquitaine, duchesse d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre mais aussi duc de Normandie et comte d'Anjou.

Nom : Richard Cœur de Lion

Naissance : 8 septembre 1157
Mort : 6 avril 1199

Lieux visités