Jean-François Boucher

Interview "Talents du Val de Loire"

Le Château de Chenonceau, surnommé le Château des Dames, se devait d'accueillir ses visiteurs tels des hôtes de prestige. L'atelier floral du Château unique en France, et même au monde a donc été créé il y a 25 ans par Madame Laure Menier, conservateur.

 

Interview de Jean-François Boucher

« Travailler au Château de Chenonceau a été pour moi une opportunité exceptionnelle, un coup de la providence ».

Jean François Boucher, Meilleur Ouvrier de France, scénographe floral au Château de Chenonceau, nous raconte son parcours et ses expériences depuis son arrivée en 2015.

 

Quel a été votre parcours avant d’arriver au Château de Chenonceau ?

Tourangeau d’origine Jean-François Boucher, a toujours vécu dans le monde de la fleuristerie. Bercé, depuis sa plus tendre enfance, dans les serres de ses grands-parents paternels, puis dans la boutique de fleurs de sa mère, c’est tout naturellement qu’il a repris et développé l’entreprise familiale pendant 20 ans.

Il avait également eu la chance d’accompagner sa grand-mère au célèbre Marché aux fleurs de Tours, boulevard Béranger.

 

Comment devient-on Meilleur Ouvrier de France ?

« La compétition est un apprentissage. Devenir Meilleur Ouvrier de France, c’est le graal de l’artisanat Français. Ces concours m’ont construit. »

Le titre de Meilleur Ouvrier de France est l'aboutissement d'une volonté d'excellence et d'un engagement professionnel, technique et créatif.

 

Grâce à son expérience professionnel et sa sensibilité, Jean François Boucher a monté pas à pas les étapes des concours d’art floral : concours régionaux, Coupe de France des fleuristes, Championnat d'Europe…

Il remportera d’ailleurs le titre de Champion d’Europe Junior à Birmingham au Royaume-Uni ainsi que la médaille d'or Prestige Hortiflor.

C’est en 2000 qu’il remporta le titre de Meilleur Ouvrier de France fleuriste. 

Il aime comparer cette compétition au sport. En effet, le concours de MOF se déroulant tous les 4 ans, devenir Meilleur Ouvrier de France est pour lui comme se préparer à remporter une médaille aux Jeux Olympiques pour un athlète sportif.

 

Le Château de Chenonceau n’est t-il pas l’une des plus belles scènes pour un scénographe floral ?

Travailler au Château de Chenonceau a été pour lui une opportunité exceptionnelle, un « coup de la providence ».

Lors de la création de l’atelier floral, il y a 25 ans, par Madame Laure Menier, conservateur du Château de Chenonceau, son souhait était d’accueillir les visiteurs comme des hôtes privilégiés. Mettre en valeur les pièces du Château par de somptueux bouquets était donc évident pour le Châteaux des Dames, en hommage entre autres à Diane de Poitiers, Catherine de Médicis ou Louise Dupin…

En 2005, le Château de Chenonceau qui recherchait un fleuriste avec une grande rigueur et du professionnalisme, trouva que la candidature et le parcours de Jean François Boucher répondait parfaitement.

D’ailleurs, il ne lui a fallu que 3 mois pour s’imprégner des lieux alors qu’on lui avait laissé une année pour prendre ses marques.

 

Décoration de l'Orangerie par Jean-François Boucher
Décoration de l'Orangerie par Jean-François Boucher

Décoration de l'Orangerie du Château par Jean-François Boucher

 

Comment se déroule une journée de travail au Château de Chenonceau ?

Le travail de préparation des compositions florales doit se faire impérativement avant l’arrivée des premiers visiteurs du Château. Les journées de travail commencent donc à 6h30. Jean-François Boucher et son équipe inspectent quotidiennement les 19 pièces fleuris du Château de Chenonceau afin de s’assurer que toutes les compositions sont en bon état et pour prévoir les compositions qui seront changées le lendemain. Chaque mardi, l’atelier floral reçoit une livraison importante de fleurs fraîches. En plus de ces fleurs « standardisées », Jean-François Boucher a la chance de pouvoir, à la manière d’un chef cuisinier, aller à la cueillette de fleurs dans le potager des fleurs. Ce potager d’un hectare, situé à côté de l’atelier floral, côtoie le potager où va s’approvisionner le chef du restaurant du Château : l’Orangerie.  Cette cueillette lui rappelle ses souvenirs d’enfance lorsqu’il flâner dans les serres de ses grands-parents.
Cueillette de fleurs par Jean-François BoucherCueillette au potager des fleurs par Jean-François Boucher

 

Jean François Boucher, êtes-vous libre dans le choix de ses créations ?

Jean-François Boucher à l'Atelier floral de ChenonceauJean-François Boucher à l'atelier floral

Oui ! La seule contrainte est que les compositions florales conviennent à la couleur des pièces où elles vont se trouver.

Jean François Boucher peut ainsi laisser exprimer sa sensibilité : « champêtre, nature et chic » correspondant tout à fait à l’atmosphère du Château de Chenonceau.

La production de fleurs sur place est également un atout considérable, Jean-François Boucher peut ainsi partager ses émotions au travers des compositions florales réalisées et aime travailler des « fleurs de grand-mère » comme les dahlias. 

 

Quel a été le plus gros défi depuis votre arrivée à Chenonceau en 2015 ?

Le travail réalisé pour la mise en œuvre des thèmes de l’animation Noël au Pays des Châteaux à laquelle Chenonceau participe depuis 5 années.

Les visiteurs, principalement locaux, comparent les décorations faites d’une année sur l’autre. Il est donc impératif de savoir proposer quelque chose de différent chaque année.

Un dîner de gala organisé au restaurant l’Orangerie lors du classement de Chenonceau au Patrimoine Mondial de l’UNESCO avait demandé également de nombreuses décorations florales. 

Ce travail avait provoqué l’émerveillement des invités et laisse de très bon souvenir à Jean François Boucher.

 

Combien de personnes vous entoure pour ces créations florales ?

Jean-François Boucher est entouré quotidiennement de 2 autres personnes : Aurélie Fachin, fleuriste décoratrice à qui il a transmis le goût de la compétition et des concours ainsi qu’une apprentie à qui il aime partager et transmettre son savoir-faire.

 

Ses conseils aux jeunes souhaitant faire de l’art floral leur métier.

« Mon conseil est d’aller à l’école le plus longtemps possible et acquérir le plus de connaissances. Il faut également beaucoup pratiquer. »

Les diplômes nécessaires sont le CAP fleuriste (qui peut être réalisé en alternance), mais le BP (Brevet Professionnel) et le BM (Brevet de Maîtrise) fleuriste constituent un réel plus.

 

Une information en avant-première pour J’aime le Val de Loire ?

Le prochain thème de Noël au Château de Chenonceau sera « Paradis Royal ».

Ce thème évoquera les Noëls de la Cour d’Angleterre et de la Cour de Vienne et mettra l’accent sur les traditions ancestrales de ces monarchies européennes.

 

Le dernier ouvrage de Jean François Boucher à découvrir 

Vous souhaitez en savoir plus sur le travail de Jean-François Boucher, J’aime le Val de Loire vous invite à découvrir l’ouvrage Les bouquets de Chenonceau présentant le fleurissement du Château par saison : printemps, été, automne et Noël. 

 

Interview réalisée par Adrien Bourgois Fondateur de J'aime le Val de Loire.

Crédits Photos :

Photo de couverture : ©Didier Ronflard

Autres photos : ©Bereflex

En bref :

« Travailler au Château de Chenonceau a été pour moi une opportunité exceptionnelle, un coup de la providence ». Jean François Boucher, Meilleur Ouvrier de France, scénographe floral au Château de Chenonceau, nous raconte son parcours et ses expériences.

Nom : Jean-François Boucher

Lieux visités