Saint Martin de Tours

Martin naquit sans doute vers 316 après JC. Fils d’un officier supérieur de l’armée de l’Empire Romain, il connaîtra bien des lieux de vie dans le sillon des affectations militaires de son père. 

Son prénom Martin, provient du latin « martius » qui peut être traduit par « guerrier », ce qui se rapporte au Dieu de la guerre romain Mars.

Il semblerait qu’à l’âge de 15 ans, le père de Martin le force à entrer dans l’armée. En tant que fils d’officier, il sera chargé d’inspecter les postes de garde de la garnison. 

Au cours de l’affectation de son père à Pavie, il aurait été en contact avec des jeunes chrétiens ce qui aurait eu un retentissement fort en lui et lui aurait donné l’envie de se convertir par volonté de servir le Christ.

La Charité de la Saint Martin

Vint, en 334 lors de l’affectation à Amiens de Martin, sa fameuse charité. Homme charitable, Martin offrait sa solde aux malheureux, croisant un déshérité et n’ayant plus rien à lui offrir, il lui offre la doublure de son manteau à un nécessiteux. « La charité de saint Martin » est le premier acte qui confère à Martin sa légende et sa sainteté.

Lors de la campagne de 354 contre les peuplades allemandes de l’époque, Martin refuse de verser le sang et servira de bouclier face aux barbares qui demanderont la paix …

En 356, il quitte l’armée avec le désir de devenir prêtre. Or étant ancien homme de guerre, cela n’est pas envisageable et il ne veut guère devenir diacre …

A cette époque, il est de retour en Illyrie et la foi dominante n’est pas la foi chrétienne, il doit s’enfuir …

Le Concile de Nicée de 360, établit la base de la religion catholique que nous connaissons, Martin rejoint Poitiers et son ami l’Évêque Hilaire qui lui confie une demeure afin de créer l’abbaye de Ligugé, un petit ermitage qui constitue la première communauté de moine en Gaule.

Saint Martin, évêque de Tours

L’an 371 voit la mort de Lidoire l’Évêque de Tours. Martin n’est pas partant pour la voie de l’épiscopat. Cependant, les habitants l’enlèvent et l’acclament Évêque, le 4 juillet 371

Fidèle à lui-même, Martin ne change pas ses habitudes et conserve son train de vie modeste de privations. Cela ne le fait guère apprécier de ses pairs les autres Évêques de Gaule.

Il fait rapidement construire un nouveau monastère près de Tours : Marmoutier, où la vie doit être proche à celle des évangiles, les moines devant être isolés et ensemble sans trop d’interférences du monde extérieur. Les 80 moines de l’abbaye font partie de l’aristocratie ce qui ouvre à Martin les portes menant vers les Empereurs et les Rois d’où il espère changer les choses en transmettant sa foi.

Bien que son autorité se limite à la ville de Tours, Martin sort de la ville va prêcher et fait détruire les lieux de culte païens et convainc de sa religion les paysans. Ce faisant il fonde les paroisses de Langeais, Amboise, Candes Saint Martin, …

Homme fatigué, il meurt le 8 novembre 397 à Candes. Sa dépouille disputée est finalement prise par les Tourangeaux qui le rapporte dans leur ville et lui feront construire un édifice de bois pour accueillir sa dépouille et son manteau.

lors de la procession qui ramena son corps à Tours, la légende veut que les fleurs se soient mises à éclore et à fleurir lors du passage du convoi funèbre, d’où l’expression « l’été de la Saint Martin ».

 

Le 4 juillet 470, la Basilique Saint Martin de Tours lui est dédicacée.

 

Une autre légende veut que la cape de Saint-Martin fût confiée à Charlemagne qui l’emporta à Aix-la-Chapelle. La légende veut également que le nom de « capet » de la maison « capétienne » soit lié à cette cape dont l’histoire charitable à tant inspirée.

Une série de vitraux présente la légende de Saint Martin de Tours à la Cathédrale Saint Gatien de Tours.

 

Chronique écrite par Pépite. Découvrez les autres chroniques de Pépite.

En bref :

Vint, en 334 lors de l’affectation à Amiens de Martin, sa fameuse charité. Homme charitable, Martin offrait sa solde aux malheureux, croisant un déshérité et n’ayant plus rien à lui offrir, il lui offre la doublure de son manteau à un nécessiteux.

Nom : Saint Martin de Tours

Naissance : 316 ap. J.-C
Mort : 8 novembre 397

Lieux visités