Robert le pieux, un sacre à Orléans

L’histoire de France est faite de victoires, de défaites mais également de couronnement. Les hasards de l’histoire conduiront la France à prendre des virages inattendus et c’est dans cette optique que la dynastie Capétienne arrive sur le trône de France.

 

Une histoire de France troublée

La France ne s’est pas faite en un jour. L’Histoire nous en confie les errements et les aboutissements.

Le 25 décembre 800, le monde assiste au couronnement de Charlemagne en tant qu’Empereur d’Occident par le pape Léon III. Il tient de ses aïeux une terre immense dont le Royaume Franc étendu de la Manche jusqu’aux Pyrénées. Au décès de l’Empereur Louis le Pieux, le fils de Charlemagne, le Traité de Verdun de 843 divise ses possessions entre ses héritiers. Charles II le Chauve hérite du Royaume des Francs. Il aurait été couronné par trois fois dont deux à Orléans : le 22 décembre 840 et le 6 juin 848. 75 ans après Charlemagne, il sera couronné Empereur par le Pape Jean VIII. A la mort de Charles II le Chauve, la puissance du Royaume décline et la dynastie carolingienne vacille … les grands seigneurs du royaume deviennent donc « roi » dans leur domaine et la France devient donc un vaisseau constitué de multiples principautés, qui bien que fidèles au Roi sont assez libres.  La menace des vikings apporte pierre à la faiblesse de la dynastie et le Roi Charles le simple devra accorder la Normandie à Rollon en 911 pour restaurer la paix.

 

L’élection d’Hugues Capet

Le Roi des Francs est élu par les grands seigneurs du Royaume, c’est ainsi grâce à des compromis que les Carolingiens, descendants de Charlemagne, conservent le pouvoir.

Le Domaine Royal est un état faible et pauvre constitué de l’Orléanais, de Montreuil, de Senlis, de Poissy, … enserré dans le Comté de Vermandois lui-même enserré entre les Duchés d’Aquitaine de Bourgogne, de Normandie et le Comté d’Anjou.

Les Carolingiens règnent sur un territoire fantoche, leurs rois manquent d’autorité et sans doute également de volonté. Le dernier Roi Carolingien, Louis V est dit le Fainéant meut au cours d’une partie de chasse sur les terres du Duc des Francs, Hugues Capet.

Le titre de Duc des Francs est prépondérant en France, il signifie réellement que ce Duc est le premier vassal du Roi. Malgré tout, le territoire du Duc n’est pas bien vaste, le siège du Duché est Paris.

Ainsi, à la mort de Louis V, Hugues Capet est en lice pour devenir Roi des Francs. Son élection consommée, il devient Roi d’un faible royaume cerné de toutes parts, mais le titre a son importance tout comme la réunion des états du Roi et du Duché qui agrandit largement le territoire et l’assise du Roi sur la France, de l’Orléanais jusqu’à Paris la cité du duc des Francs.

 

Robert le pieux, sacré à Orléans

Hugues Capet, élu Roi et sacré à Noyon, veut renforcer son pouvoir en assurant sa future dynastie et régler sa future succession. A ce titre, et comme ce fut le cas pour les Empereurs Carolingiens, il souhaite faire sacrer son fils, la présence de deux monarques présumant de la force du Royaume des Francs. Cependant, la politique est de la partie. En effet, l’archevêque de Reims Adalbéron est proche des Ottoniens, maîtres de l’empire germanique, et préfère une alternance des grands seigneurs Francs sur le trône pour éviter que le Royaume n’en devienne trop puissant. Hugues Capet parviendra tout de même à ses fins.

Le futur Robert II, surnommé le Pieux, est natif d’Orléans, il est donc logique d’y faire sacrer ce second roi.

La date retenue est celle du 25 décembre 987, 187 ans après que Charlemagne coiffe la couronne d’Empereur d’occident.

L’écrin choisit est celui d’Orléans. Cette ville fait partie du Domaine Royal, ville d’importance ayant une église d’importance : Sainte-Croix. Il reste quelques vestiges de la crypte de la Cathédrale romane qui fut celle où sera couronné Robert II.

Le sacre a plusieurs fonctions : rappelé que le Roi possède des terres et qu’il a une certaine puissance mais également rappelé qu’il est représentant de Dieu sur ses terres. Lors du sacre le monarque reçoit l’onction provenant de la Sainte-Ampoule qui apparut lors du sacre de Clovis. Le monarque est donc incontesté après cette onction sainte.

Comme Richer de Reims le raconte dans ses chroniques : « Hugues prit la pourpre et il couronna solennellement, dans la basilique Sainte Croix, Robert, son fils, aux acclamations des Français, et l’établit roi des peuples occidentaux depuis le fleuve de la Meuse jusqu’à l’Océan. »

Ainsi, à 15 ans, Robert devient Roi des Francs aux côtés de son père. Contrairement à ce que l’on peut croire, Robert ne reste pas cantonné dans un rôle d’héritier, Hugues Capet va l’associer au pouvoir et lui apprendre la façon de régner, ce qui n’empêchera pas Robert d’être excommunié.

Pendant plusieurs générations, les souverains feront couronnés leurs héritiers de peur de se voir ravir la Couronne. La dynastie Capétienne ne sera plus contestée est commandera fort longtemps aux destinées de la France.

 

Chronique écrite par Pépite 1991

Découvrez les autres chroniques de Pépite.