Chambord : le rêve de François Ier

Pour tout amoureux de patrimoine ou de l’histoire, l’association entre Chambord et François Ier est aussi évidente que Versailles pour Louis XIV. Une telle merveille architecturale ne peut naître que de la folie d’un Roi, d’un ego relativement développé et d’une volonté tenace de montrer le rang de la France en faisant visiter Chambord à ses hôtes.

 

Cette terre de Chambord accueille depuis le Xème siècle un Château fortifié appartenant aux Comtes de la Maison de Blois. Ce faisant, il sera rattaché à la Couronne de France lorsque Louis XII monte sur le trône en 1498. Louis XII considère Chambord non pas comme une place forte mais bien comme un lieu de plaisance et de chasse.

 

Chambord, histoire d’une merveille voulue par le Roi François Ier

Le 14 septembre 1515, François Ier est vainqueur à Marignan, prenant ainsi l’ascendant sur Maximilien Sforza, le Duc de Milan. Cette victoire ferme un conflit entamé sous Charles VII, en 1494, et laisse François Ier en vainqueur des « ennemis » de la France.

Fort de ses succès, le Roi veut associer son nom et son prestige à un monument qui lui survivrait tout en assurant sa gloire dans les âges.

La Cour résidant souvent fois au Château de Blois marqué par plusieurs monarques, l’idée de construire une nouvelle demeure des Rois, surpassant les autres, fait son chemin dans l’esprit du monarque.

 

Ce faisant en 1516, le Roi ordonne la construction d’un palais à l’orée de la forêt de Chambord ainsi qu’une ville, Romorantin.

Le 6 septembre 1519, une ligne de crédit est ouverte pour Chambord, cet acte signe la naissance de cette merveille architecturale.

 

Ce sont près de 2 000 ouvriers qui sont à la tâche en 1519 pour faire sortir des marécages cette merveille. Le chantier ne sera pas aussi simple, il faudra acheminer les matériaux, et surtout se battre contre le sol instable, marécageux et y implanter des pilotis de bois servant de fondation à ce géant de pierre.

La légende populaire s’attache à croire que Léonard de Vinci aurait été le penseur, l’architecte de ce Château bien que ce soit probable rien ne permet de le prouver. Toujours est-il que le plan originel de Château est modifié. A la base, un grand donjon flanqué de quatre tours devait être construit. L’on y ajoutera deux ailes latérales et le grand escalier qui passera de 4 à 2 volées. Toujours est-il que le résultat sera à la hauteur des espérances du Roi et bien que le Château ne soit qu’en parti achevé, il recevra, dans la nuit du 18 au 19 septembre 1539, Charles Quint.

 

Si le donjon est achevé en 1539, il faudra attendre 1544 pour l’achèvement de l’aile royale et une année supplémentaire pour que l’enceinte sud voit le jour.

 

François Ier meurt en 1547 bien que sa merveille ne soit pas encore totalement achevée, il y aura passé 72 jours … mais son orgueil et sa fierté pour ce Château ne faibliront pas.

 

Le rêve de François 1er achevé par Louis XIV

Le Roi Henri II, fils de François Ier, poursuivra l’édification du Château de Chambord, et notamment l’aile de la chapelle. Il y résidera périodiquement avec son épouse la légendaire Reine Catherine de Médicis. Le Roi Charles IX y réalisera quelques travaux mais le Château sera déserté par les Rois Henri III et Henri IV qui jugeront le domaine trop éloigné pour avoir quelques intérêts à y venir.

 

Le Roi Louis XII y séjournera en 1616, revenant avec sa jeune épouse Anne d’Autriche de Bordeaux.

Le Château sera confié à son frère Gaston d’Orléans ayant reçu le Comté de Blois. Il y fera quelques travaux de restauration et d’aménagement en 1639.

 

Il faudra attendre le Roi Soleil pour que le rêve de François Ier devienne une réalité. Jules Hardouin-Mansart sera l’auteur de l’achèvement de l’aile ouest, de la toiture de la chapelle et de l’enceinte basse entre 1680 et 1686. On ne peut s’empêcher d’y voir ici une opération de récupération d’une gloire passée par Louis XIV en s’y associant pour faire un peu plus briller son soleil.

Louis XIV honorera Chambord de neufs séjours, il y emmènera le célèbre Lully mais également la troupe de Molière qui y jouera Le Bourgeois gentilhomme en 1670. En 1685, Madame de Maintenon y fera séjour.

 

Chambord menacée jusqu’au rachat par l’État

Après le règne de Louis XIV, le destin du Château devient plus hasardeux. 

Sous Louis XV, Stanislas Leszczynski, le Roi de Pologne en exil, y trouvera refuge.

A partir de 1745, le Château de Chambord sera confié en gouvernement au Maréchal de Saxe qui y fera des travaux d’aménagement dans un but de confort. D’autres gouverneurs y logeront jusqu’au Marquis de Polignac qui s’en verra chassé en 1790.

 

La Révolution fait son ouvrage à Chambord : les animaux sont décimés, le Château pillé et le reste de son mobilier vendu tout comme les portes et fenêtres en plomb…

Sous l’Empire, le domaine est offert au Maréchal Berthier qui n’y viendra qu’une seule fois, à sa mort le domaine sera vendu.

En 1821, le domaine est acquis par la souscription pour le Duc de Bordeaux qui recevra le titre de Comte de Chambord à la chute de son père le Roi Charles X.

Le Château passera d’héritiers en héritiers jusqu’à son rachat par l’État Français le 13 avril 1930.

 

La dernière page glorieuse de son histoire a lieu pendant la guerre et l’occupation allemande où le Château garde en ses murs les trésors des musées nationaux, dont la Joconde pour quelques temps, les œuvres regagneront leurs places à partir de 1947.

Cette page associée aux restaurations des années 1950 à 1960 permettent que le Château de Chambord soit classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1981.

 

Découvrez les autres chroniques de Pépite.

 

Crédit Photo J'aime le Val de Loire❤️ - Adrien Bourgois