Angers, capitale de l'Anjou - Acte 2

L’Anjou, un Duché

Le XIVème siècle est une époque troublée avec son lot de malheurs. Angers et l’Anjou seront également touchés : les famines dont de plus en plus nombreuses et les conditions sanitaires déplorables d’Angers font qu’en novembre 1348 la peste noire y fait son entrée.

Une calamité n’arrivant pas seule, l’Anjou est au cœur du conflit entre les Capétiens et les Plantagenêt. Les bandes organisées se multipliant, l’Anjou n’est pas sûre.

 

L’an de grâce 1360 voit l’Anjou devenir un Duché. A cette époque, de nombreux comtés existent. Cependant, les terres devenant des Duchés sont des terres données par le Roi de France à l’un des « fils de France » que sont les membres de la Maison Royale de France. Ainsi, le Roi de France, Jean II le bon, offrira l’Anjou à son second fils : Louis. Louis Ier deviendra donc le premier Duc d’Anjou.

Dans cette époque troublées, Louis Ier créera un péage pour permettre de trouver de l’argent pour entretenir les fortifications. C’est également à cette époque que Louis Ier commande la grande tapisserie de l’Apocalypse que nous pouvons toujours admirer au sein du Château d’Angers, provenant du marchand Nicolas Bataille. En 1363, Louis Ier établit l’université d’Angers avec ses facultés de droit, de médecine, de théologie et d’art, montrant ainsi la puissance du Duché de cette époque.

 

L’Anjou du Roi René

Les Ducs d’Anjou se succèdent : Louis Ier, Louis II et Louis III. Le 12 novembre 1434, Louis III meurt de la malaria sans descendance. Ainsi, son frère René lui succède en tant que Duc d’Anjou. Il est alors Duc d’Anjou, de Bar de Lorraine, Comte de Provence, Roi de Naples et de Jérusalem. 

Angers conserve la trace de ce Roi populaire : la capitale angevine va être modernisée tout comme le Château dont les travaux s’étaleront de 1450 à 1465.

Homme de guerre, il participera à la reconquête du Royaume de Charles VII et combattra aux côtés de Jeanne d’Arc pour reprendre Laon, Soissons, Provins et Compiègne.

Par la suite, la Roi René va contribuer à faire cesser la guerre avec les Plantagenêt et il mariera sa fille, Marguerite d’Anjou avec le Roi Henri VI d’Angleterre, en 1445.

Il sera également associé à de nombreux lieux comme le Manoir de Launé, le Château de Chanzé ou encore le Château de Baugé.

Louis XI, le neveu du Roi René, se rend à Angers avec son armée en 1474 où il se fera remettre les clés de la ville et remettra une charte royale aux bourgeois de la ville. Ainsi, sans un coup de feu cesse le règne de René sur l’Anjou, qui est aussitôt intégré au Domaine Royal.

 

La fin de l’Anjou

Pendant la Renaissance, Angers, comme le Royaume, est le siège de la mise en place de la réforme protestante. L’atmosphère est alors tendue en Anjou. Le 14 octobre 1560 a lieu une émeute que nous connaissons sous le nom de « Journée des mouchoirs » : les huguenots affichent des mouchoirs à leur chapeau à l’heure où les États-généraux élisent leurs membres. Le gouverneur de l’Anjou va envoyer des troupes pour réprimer ces tensions et les affrontements.

En avril 1598, le Roi Henri IV préparera l’Édit de Nantes à Angers, place forte située entre la capitale du Royaume et le Duché de Bretagne. Le Roi a force de bon geste envers les angevins ralliera la population et les tensions s’apaiseront.

Sous Louis XIV et jusqu’à la Révolution, l’Anjou devient une province calme et prospère du Royaume qui a perdue de son importance.

Même si Louis XV recevra dans sa jeunesse le titre de Duc d’Anjou, il ne sera plus qu’honorifique et l’Anjou perdra de son prestige.

Malgré tout, Angers continue de se moderniser jusqu’à devenir cette belle cité que nous connaissons et dont je vous invite à faire la visite.

 

Découvrez les autres chroniques de Pépite.

Crédit Photo J'aime le Val de Loire❤️ - Pépite 1991